Le point de vue de Nadine de Weimar

Bonjour,

je suis Nadine,

Nadine de Weimar.

______

Chaque jour découvrez mon point de vue,
mes idées, mes commentaires ...

______

nadinedeweimar@gmail.com

______

 

La Boutique

 

May 27 2010
Je ne vous ai pas raconté Cannes.
Sexagénaires extravagants, jeunes divas, intellos de gauche et arrivistes, j’y ai trouvé mon compte. Après neuf heures de covoiturage je pose les pieds sur le bitume Azuréen enthousiaste et pimpante. Je portais une longue robe en organdi carmin, autant vous dire que l’arrêt à la pompe à essence de Montélimar ne passa pas inaperçu. 
Ni badge, ni connaissance, ni éphèbe à mon coude, je me suis lancée seule. C’est quand je buvais à la fiole une lampée de brandy et engloutissais un panini trois fromages, adossée à la portière d’une vieille américaine que de jeunes assoiffés élégamment vêtus se sont tournés vers moi. Nous avons partagé le flacon.
L’incongruité de mon profil sur le territoire Cannois leur plut. Ils m’ouvrirent alors toutes les portes. Emportée par ces démons dandy de la région Paca je devint la coqueluche d’une nuit bourrée de cinéastes. Une fausse note cependant:
Le régisseur d’Amalric a vomi sur mon décolleté.

Je ne vous ai pas raconté Cannes.

Sexagénaires extravagants, jeunes divas, intellos de gauche et arrivistes, j’y ai trouvé mon compte. Après neuf heures de covoiturage je pose les pieds sur le bitume Azuréen enthousiaste et pimpante. Je portais une longue robe en organdi carmin, autant vous dire que l’arrêt à la pompe à essence de Montélimar ne passa pas inaperçu. 

Ni badge, ni connaissance, ni éphèbe à mon coude, je me suis lancée seule. C’est quand je buvais à la fiole une lampée de brandy et engloutissais un panini trois fromages, adossée à la portière d’une vieille américaine que de jeunes assoiffés élégamment vêtus se sont tournés vers moi. Nous avons partagé le flacon.

L’incongruité de mon profil sur le territoire Cannois leur plut. Ils m’ouvrirent alors toutes les portes. Emportée par ces démons dandy de la région Paca je devint la coqueluche d’une nuit bourrée de cinéastes. Une fausse note cependant:

Le régisseur d’Amalric a vomi sur mon décolleté.

blog comments powered by Disqus
Page 1 of 1